lundi 29 avril 2013

*ALBERATRAIL 2013.

Dans le cadre de ma prépa pour la 6666 Occitane, ce rendez-vous était prévu. L'objectif étant de faire des km et du D+. La météo est annoncée assez mauvaise avec du vent, du froid, de la pluie et même de la neige sur les hauteurs, ce qui conduit l'organisation à modifier le parcours. La partie des crêtes sommitales est annulée. Je prévois dons de partir avec dans le sac de quoi bien me couvrir en cas de froid avéré... L'heure du départ approche et je croise quelques têtes connues je refais dans ma tête mon plan de course : partir cool, faire des photos et vidéos, ne pas me blesser, profiter du paysage et me faire plaisir 7h30 c'est partit. En mise en bouche 700m d+ jusqu'à la tour de la MASSANE Je suis calé dans la 2ème partie du peloton, tranquille ne rythme de croisière Cette premiére montée doit me servir d'échauffement la tour est en vue j'enprofite pour faire un arrêt panorama tant que la visibilité est bonne sur la crête je croise Béa qui en là en tant que bénévole (merci pour la photo), un petit coucou et c'est partit pour une descente de 500m D- vers LAVALL. Le terrain devient plus technique, et je l'aborde avec prudence nous traversons de jolis bois de chênes liège de production A LAVALL c'est le premier ravito. Petite halte, je papote et plaisante avec les bénévoles avant de repartir pour 500m D+ jusqu'au "roc de les Médes". Mais au moment de prendre une autre photo je m’aperçois que les piles ont rendu l’âme grrrrrrrrr terminé les photos j'aborde cette cote tranquillement sans forcer, le peloton est étiré maintenant et je me retrouve souvent seul. La montée est très raide, technique et devient glissante car la pluie est arrivée. Le coin me rappelle un peu le terrain du CAROUX, je ne suis donc pas surpris. En haut c'est la bascule vers SOREDE 550m D- en dessous. La descente est aussi technique que la montée, la prudence est toujours la priorité !

2 éme ravito, coca, jambon, banane et c'est repartit pour le gros morceau du jour : 900m D+ en 4km, l'équivalent du "sentier des gardes" au Caroux pour ceux qui connaissent. Je suis bien et je me dit : la vue est bouchée, j'ai plus de photos à prendre, pourquoi pas forcer l'allure pour voir comment je répond ? Allez c'est fini de faire le touriste, je mets de la musique et c'est partit pour une grosse ascension ! Je me cale sur une vitesse ascensionnelle de 800m/heure, ce qui me permet de doubler pas mal sur cette montée. Vers 800m d'altitude la pluie se transforme en neige et le vent force, il est temps de mettre les gants et une peau supplémentaire. La couche de neige s'épaissie vite pour atteindre prés de 10 cm au sommet à 1050m d'altitude. Un ravito bien placé est le bienvenue. Bravo aux bénévoles ici frigorifiés sous un abri de fortune. 

Je ne m'attarde pas, place à la descente et ses 900m D-. La modification du parcours nous oblige à regagner la vallée par 10km de larges pistes roulantes, un vrai bousille genoux ! les 2 premiers km se font dans le vent, la neige et le gel, Brrr ça caille sévère ! Les 8 km de piste qui restent me font peur, je ne veux pas me flinguer les genoux et je suis obligé de ralentir nettement pour éviter la blessure. Mais ça entraîne évidemment des pertes de places, au total 6 coureurs me doubleront sur cette descente. Je reste patient et me dit qu'au retour des vrais sentiers j'aurai ma revanche. En bas au ravito je me rends compte que le fait d'avoir fait la descente cool j'ai gardé mes cuisses fraîches, ce qui n'est pas le cas des coureurs qui sont là, meurtris par les chevauchées. 

Ici 32km / 2200m D+ en 5h20 pour moi. Il reste 13km et 1000m D+ soit 2 cotes de 500m D+ chacunes et autant en D-, le terrain est ultra technique et j'aime ça quand on ne peux pas trop courir. Je suis encore frais et je me lance le challenge de doubler un maximum de coureurs et de rentrer sous les 8h. C'est partit pour la première bosse, je force mon allure et rattrape vite 1, puis 2, 3 et enfin 4 coureurs dans cette ascension. Sur la descente qui suit 2 de plus jusqu'au dernier ravito. j'ai déjà repris les 6 coureurs qui m'ont déposé sur les pistes roulantes. Allez un coca banane et je repars pour les 6 derniers km avec 500m D+. Ici c'est très très raide, je garde une bonne allure et je double 2 gars de plus dans cette dernière montée. En haut il ne reste plus que 4 km de descente, je prends un gel coup de fouet pour la faire à bloc. Il pleut toujours, tout est glissant et c'est très vigilent que je dévale vers l'arrivée. Sur les parties les plus roulantes je me surprends à courir à 14km/h au gps, ce qui me permets de doubler 4 traileurs de plus. Le château est en vu, une dernière montée toujours en courant et je passe la ligne en 7h56 ravi ! FINISHER heureux de cet ALBERATRAIL hivernal. Au compteur du gps : 47km / 3260m D+. Bilan : très beau parcours exigeant et très technique. Coté forme, je pense être bien. Aucun coup de mou, pas de douleurs, pas de soucis gastriques. Bon finish avec pas mal de jus. Pas de grosse fatigue à l'arrivée. C'est bon signe pour la suite........ Pour en voir plus, une vidéo ici .

2 commentaires:

Francis a dit…

Faire du km, faire du D+, telle était la mission. Mission accomplie !
Bravo Steve, les conditions n'étaient pas idéales pour prendre du plaisir et pourtant tu sembles en voir ressenti. La 6666 se présente plutôt bien.

david a dit…

dommage pour les photos !
sinon belle course , difficile vu les chiffres ... et visiblement ta forme à un mois de 6666 à l'air excellente !
bonne dernière ligne droite .

A venir: le tour des cirques