dimanche 29 octobre 2017

Hospitaliers 2017

Les Hospitaliers, destination annuelle pour moi. C'est toujours avec grand plaisir que je me rends à NANT pour la fête du trail. Cette année c'est sur la petite distance que je m'aligne avec Sébastien. 14km pour 550m d+.
Le départ est donné à 14h30 sous un beau soleil d'automne.
Je me place bien dans le sas de départ pour éviter les bouchons possibles sur les sentiers.
Le parcours est nouveau cette année, je n'en connais que le profil.
ça part vite, je fais les 2 premiers km sur le goudron à environ 14km/h. Dès les premières pentes je me retrouve avec la deuxième féminine. On échange quelques mots d'encouragements et je la pousse à s'accrocher à sa deuxième place.
Le parcours alterne pistes et sentiers plus ou moins pentus. Au loin les 2 derniers monts à gravir.
Une dernière grosse cote ou là tout le monde marche. J'ai lâché la seconde fille et je continu une "remontada"en mode "cabri" pour les connaisseurs..
j'arrive à garder un bon rythme dans cette cote.
Au sommet je zappe le ravito je suis en auto-suffisance.
J'attaque la dernière descente à bloc. Cette partie est superbe avec un sentier sinueux et raide. Je double encore quelques coureurs pas très à l'aise en descente. 
Le village est là et l'arrivée est à environ 2 km. Je donne ce qu'il me reste pour garder ma place au scratch.
Une dernière cote dans une ruelle
et je termine bien cette course à la 61 ème place sur 500 et 5ème Master 2. Belle course, très bonnes jambes. J'ai pris beaucoup de plaisir à faire cette course à bloc.
un peu plus tard Sébastien termine à son tour content de sa course.
Ensuite direction CANTOBRE pour voir les "amigos" qui sont sur le 30km. Manu un peu à la peine avec des crampes.
Daniel encore assez frais
Ils seront finishers main dans la main !! BRAVO les gars 
Super week-end à NANT !!

jeudi 31 août 2017

*GRP Pyrénées Tour Trail.

Encore une nouvelle édition du Grand Raid des Pyrénées GRP pour moi cette année. Après avoir couru sur le 80km, le 120km et fait le bénévole, cette année c'est sur le PTT (Pyrénées Tour Trail) que je m'aligne. Nouvelle épreuve avec un enchaînement de 5 courses en 4 jours.
Le programme ici avec les profils "made in Michel":




Tout commence mercredi avec un voyage depuis Narbonne en Blablacar avec un coureur (Xavier) qui fait aussi le PTT. Inutile de vous dire de quoi on a parlé pendant le voyage...
Dans l'après midi je retrouve Romain et Thierry au camping pour le montage du camp de base.
 Grand standing avec frigo et éclairage !!
 Puis direction le retrait du dossard au village du trail à Vielle Aure.
 Du monde pour le contrôle des sacs !

 Retour au camp pour un repas d'avant course et affichage du menu de la semaine.

1ère étape : 13.5km / 850m d+ en nocturne.
La team calor au PTT.
 Le départ est donné à 21h avec un changement de parcours pour cause d'orage de grêle annoncé sur les crêtes.
 ça part très vite. La montée vers le Pla d'Adet se fait sur une bonne allure. Au bout de 15 minutes l'orage éclate. Éclairs et grosse pluie nous tombent dessus sans relâche. Le sol est glissant et la visibilité réduite avec la pluie et les bourrasques de vent. 
On pointe au sommet et demi tour pour la descente. Romain est juste devant moi en entame le retour à bloc. J’emboîte son pas et on se met à doubler de nombreux coureurs pas très à l'aise. La descente se déroule sans problèmes pour moi malgré la pluie qui continue. Je boucle cette première étape en 1h40 dans un bon état de fraîcheur.
Vite il faut rentrer se doucher, se sécher, manger un morceau, préparer les affaires pour demain et dodo. On se couche vers minuit et demi.
 Dring, il est 5h30 ! Débout les gars on à 2 étapes à faire aujourd'hui !

2ème étape : 20km / 1500m d+.
La nuit fut courte et bruyante avec l'orage... Petit dèj rapide et direction PIAU pour la 2ème étape
 il est 8h et le soleil tape déjà fort !
 La Team calor est présente sur le départ de cette 2ème étape.
9h le départ est donné sous un grand soleil.
 Dès les premières pentes il fait déjà chaud. Le parcours n'est pas très intéressant sur les pistes de ski qu'il faut remonter entre les pylônes. Avec Olivier on étudie la suite tout en plaisantant.
 Au sommet de la station à environ 2500m, il faut redescendre vers le départ pour un pointage au km8. La pente est raide et fait mal aux cuisses. La chaleur se montre de plus en plus présente.
 Passé le pointage de contrôle et le ravito il faut descendre vers le fond de la vallée proche d'Aragnouet avant d'entamer le retour vers Piau. 
En bas il fait encore plus chaud, tous les moyens pour se mouiller sont bons, je ne loupe pas le moindre filet d'eau pour me rafraîchir. Mais je sens bien que je commence à subir digestivement la chaleur. Je ne mange plus, j'ai la tête qui tourne, je n'avance plus !
Je m'assieds à l'ombre et décide de stopper ici au bout de 12km pour ne pas me mettre dans le rouge complet et réduire à néant mes chances pour la suite du PTT.
Le règlement prévoit qu'en cas d'abandon sur une épreuve, une pénalité de temps est affectée au coureur sur l'étape, mais il reste en course pour les autres étapes.
 Je fait demi tour jusqu'à la route où Michel et Marion me récupèrent en voiture.
De retour au camp il est déjà 14h, et le départ pour la 3ème étape est à peine dans 1h30 !!
Tout le monde à pris cher sur cette étape.
Romain pas au mieux (problèmes dentaire et pulmonaire) à jeté définitivement l'éponge pour la suite.
Thierry à fini à sec et ne souhaite pas prendre le départ de la 3ème étape le KV (Kilomètre Verticlal)
Michel a terminé rincé, il ne prendra pas le départ du KV.
Marion elle s'en sort bien et s'aligne sur le KV.
Quand à moi, je décide de tenter le coup sur le KV malgré le coup de chaud du matin.

3ème étape : KV 3.5km / 870m d+.
l'organisation décide de raccourcir l'étape vue la météo caniculaire (870m d+ au lieu des 1000m d+ prévus).
15h30 je prends le départ du KV déjà en nage de sueur sous les 30° du moment. Thierry a décidé de le faire aussi en restant avec moi.
 Au bout d'à peine 200m d+ de gravis je souffre déjà de la chaleur et de la fatigue. Thierry fait le lièvre et m'attend dès qu'il me distance.
 Son soutien et ses encouragements me poussent à rester en course. Je souffre de plus en plus et aux 600m d+ je suis obligé de m’allonger à l'ombre pour laisser passer un début de vertige. Je n'arrive pas à m'alimenter, au bout de 10 minutes je demande à Thierry de me laisser ici et de continuer sa montée car je ne suis pas sur de pouvoir continuer.
 A regret il me laisse sur le bord du sentier et termine son KV.
De mon coté j'essaye de me forcer à avaler un peu de compote et ça passe !
Allez Steve, tu n'as pas fait la préparation pour arrêter au 2ème jour ! Tu serres les dents et on y va.
 J'arrive à me relever et à continuer à petite allure vers le sommet. ça y est les immeubles du Pla d'Adet sont en vue !
 Au loin j’entends la team calor m'encourager ! 
ça fait du bien au moral, j'ai les cuisses en feu, le palpitant à bloc, mais j'avance quand même porté par leur encouragements qui me font monter quelques larmes...
 1h47 d'effort en plein cagnard et je termine exténué ce KV. Sur ce coup je suis allé au bout de moi même pour terminer.
Thierry est encore là pour m'aider à marcher jusqu'au téléphérique qui nous redescend jusqu'à Saint Lary. 
Merci encore à toi l'ami !
 Dans le couloir du téléphérique je reprends un peu mes esprits avec le sourire et la fierté du devoir accompli.
 18h de retour au camp un premier bilan s'impose :
3 courses en moins de 24h avec des temps de récup et de sommeil courts + 2 coups de chaud = grosse fatigue et jambes lourdes !
La suite s'annonce difficile...
La soirée sera dédiée à des massages, bain dans la piscine du camping et repas pour recharger en glucides, suivi d'une nuit régénératrice espérée...

4 ème étape : 34km / 2800m d+.
debout à 5h30 pour le petit dèj et direction la navette qui nous monte au Pla d'Adet pour le départ.
 Dans le bus on a tous des têtes fatiguées...
 Et ce ne sont pas que les têtes qui sont fatiguées...
Hier j'ai tout donné physiquement et mentalement pour boucler la 3 ème étape. C'est en plein doute que je prends le départ aujourd'hui...
Le PATOU Trail est là pour nous encourager !
Dans la vallée il faisait frais, mais nous nous sommes au dessus de la mer de nuage
et la température monte déjà ! 
Dès les premières pentes du col du Portet je sens que je n'ai pas les jambes, je m’essouffle rapidement. Le mental est resté au lit.
Au premier ravito du MERLAN j'arrive avec seulement 10 minutes d'avance sur la barrière horaire. Je me dit qu'avec ma fatigue, la chaleur et mon mental au fond des chaussettes ça va être compliqué de passer la prochaine barrière horaire de la MONGIE. 
Pourquoi laisser des forces inutilement aujourd'hui et hypothéquer mes chances de terminer demain...
Je décide d'arrêter ici et de faire demi tour pour renter au camp et passer ma journée à récupérer au mieux pour la suite de demain.
De retour dans la vallée en stop, je retrouve Christelle et Eric néophytes sur trail long venus se frotter demain au "Tour du Néouvielle" (44km).
Ensuite je passe l'après midi à bien récupérer et à recharger la tête avec une bonne sieste, des bains de jambes dans le torrent, des massages et détente dans la piscine avec les potes (+ José qui court demain) de retour de l'étape du jour. 

Un dernier apéro s'impose pour clôturer cette aventure !


5ème étape : 44km / 2500m d+.
J'ai passé une très bonne nuit. 5h30 je me réveille bien et je me sens bien mentalement et motivé. Coté physique les jambes sont encore raides et courbaturées.
Petit dèj rapide et direction Saint Lary

pour le départ à 7h.
Avec Thierry on attend le départ assez anxieux de savoir comment va répondre le corps aujourd'hui.
La team calor est prête à en découdre avec cette dernière étape !
7h le départ est donné, 1h avant le départ du tour du Néouvielle et ses 1200 coureurs qui feront le même parcours que nous.
On entame la première montée vers le pla d'Adet et le col du Portet avec 1500m d+ en 12km en guise de mise en jambes.
de suite je sens que j'ai envie, les jambes répondent pas mal en fait.
Je fais la montée sans trop forcer en économisant mes forces car la route est encore longue...
Un bon dernier coup de cul avant de passer le col du Portet à 2214m, et c'est la descente vers le premier ravito au 13 km. 
Je me ravitaille bien avec une soupe, jambon et pain. La température est encore clémente, je me sens bien et repars motivé pour la suite.
On longe alors le lac de l'Oule sur un sentier en balcon. les premiers coureurs du "tour du Néouveille" commencent à nous dépasser.
Je trottine tranquille sur les portions plates pour détendre les jambes. A partir d'ici j'adopte une stratégie d'alimentation que j'espère efficace : je mange 2 ou 3 bouchées de quelque chose qui me fait plaisir (pain, amandes, barre céréale ou jambon etc...) toutes les 30 minutes.
Le lac de l'Oule en bas.
Puis on quitte les bords du lac pour entamer la longue montée vers le lac de "Port Bielh" en traversant une jolie sapinière.
Je laisse me dépasser les participants du "Néouvielle" et continu mon petit train tranquille.
A la cabane rouillée bien connue des habitués du GRP on tourne à droite.
A cette altitude (2100m) la forêt laisse la place aux alpages et rochers.
Le paysage est de toute beauté !
Avec une succession de petit lacs.
On a parcouru environ 19km, les jambes commencent à tirer, le dos me fait mal, j'ai un peu mal partout en fait. 
Pas de calcul ici, je passe en mode "commando", je vais le terminer ce PTT !!
Le lac de Port Bielh à 2300m.
On longe alors le lac avec en face la terrible montée de la Hourquette de Caderolles (2500m) avec ses interminables lacets.
La pente est rude et rocheuse.
Il commence à faire bien chaud. Mais je m'accroche et ne lâche rien. Je monte en suivant même le rythme des coureurs du Néouveille bien plus frais que moi.
Ouf le sommet est atteint, et la vue est splendide ! 
Il faut maintenant descendre jusqu'au lac de la Hourquette en bas et remonter en face au col de Bastanet.
Au bord du lac je croise Olivier tout sourire, mais lui aussi est raide et fatigué. On fera plus ou moins route commune pour la suite.
Allez le col de Bastanet c'est en haut.
ça y est je bascule enfin vers la vallée de Saint lary. Mais pas d'affolement, il reste encore 20km pour voir la ligne d'arrivée...
J'arrive tout de même à courir un peu sur le plat. Je profite de l'ambiance montagnarde avec ses superbes lacs d'altitude.

Le point d'eau du Bastan est le bienvenu pour recharger en eau. Il fait chaud et il ne faut pas tomber en panne sèche !

J'ai toujours la gnaque et la volonté de bien finir. 
Je trottine bien sur le sentier en balcon qui mène vers le dernier ravito.
Pour oublier les douleurs je pense à des choses positives, je m'imagine souvent entrain de passer la ligne d'arrivée...
Je pointe enfin au dernier ravito des Merlans ou je me ravitaille bien. Malgré la chaleur j'ai envie de manger et je vois la différence de rendement avec les étapes 2 et 3 durant les quelles je ne pouvait pas manger. 
Avec de l'essence on avance (c'est une belle lapalissade !)
C'est motivé que je repars du ravito après avoir pointé vers la remontée du col du Portet.
l'arrivée c'est en bas dans 12km !
Je cours bien sur cette partie. Cette fin de parcours est commune avec les coureurs du 120km et du 220km qui en termine eux aussi. Chaque fois que je dépasse l'un d'eux je ne manque pas de lui glisser "bravo à toi champion, ne lâche rien !".
C'est déterminé que je continue vers la ligne des finishers.
J'aperçois Saint Lary en bas, ça sent l'écurie !
A 8km du but, la pente devient plus raide. La chaleur est étouffante, les cuisses chauffent, le dos couine, la machine souffre !
Mais je ne lâche rien. J'arrive à courir en me faisant violence sur les 2 derniers km. ça se voit sur mon visage de "mort vivant" sur la photo...
A 500m du but Romain est là pour m’encourager. Le public est nombreux et applaudit très fort.
Le plaisir est immense, c'est presque jouissif ce truc ! Les sanglots montent, j'ai la gorge nouée, les larmes d'émotion et de joie coulent, mais quel pied !!!!
Olivier arrivé quelques minutes avant moi m’accueille bras ouverts pour une accolade amicale entre finishers. 
Çà y est, je l'ai bouclé ce PTT !!!
Une fois mes esprits retrouvés, je retrouve Christelle et Eric eux aussi finishers de leur premier 44km, BRAVO !! 
Le soir après une bonne douche, la team calors au complet nous avons savouré de bonnes pizzas ensemble pour clôturer cette fabuleuse aventure sportive et humaine.

BILAN : 
Très belle épreuve. Quelques détails à modifier :
Pour moi les 3 premières étapes sont trop rapprochées et ne laissent pas le temps de récupérer (peut être à cause de mon âge...).
Manque de ravito et d'eau à certains endroits (arrivée du KV par exemple) surtout avec les fortes chaleurs.
Coté perso :
Le concept me plaît.
La récup était la clé du succès. Mais pas facile car entre les trajets en bus, téléphériques, nuits courtes et intendance au camp etc... il a été très compliqué de gérer la récup.
Mais ça fait partit du challenge.

Merci à tous mes amis de la team calors pour leur soutien et solidarité durant ces 5 jours.
Merci aux coureurs croisés avec qui j'ai partagé quelques km de sentiers.
Merci à l'orga pour cette superbe épreuve proposée.
Merci aux bénévoles pour leur disponibilité et gentillesse. 

RDV en 2018 !

A venir: le tour des cirques