lundi 13 avril 2009

*Trail des CITADELLES: le CR.

Le mauvais temps était annoncé. La météo a bien tenue ses promesses pour ce week-end Citadellien. C'est samedi vers 13h que je quitte Narbonne sous une pluie battante en direction de Lavelanet. Arrivé sur place la météo est toujours la même.Je passe récupérer mon dossard au salon des Citadelles ou je retrouve Michel, Romain, Francis, Benoit, Yvan et bien d'autres Kikous.
19h30 c'est la pasta et les derniers échanges d'avant course. La nuit est prévue au camping dans la voiture aménagée en pseudo camping car pour l'occasion.Francis en fera de même, quand à Romain il dormira dans une salle mise à disposition sur un petit matelas de fortune.
Dimanche 4h45: réveil après une courte nuit passée à faire et refaire la course. Petit dej rapide (il fait froid et il pleut) et je rejoins l'aire de départ.
Sur place je retrouve Romain et Francis pour les derniers préparatifsPour moi la stratégie de course est simple: arriver dans les délais.
5h55: consignes de courses données par Michel.
Musique de départ, ce moment est toujours émouvant.6h: départ prudent dans la nuit à la simple lueur des frontales.


A peine 1km de plat et déjà les premières cotes. Je m'aperçois vite que le sol est trempé, boueuxet glissant, très glissant.7h: le jour se lève et on aperçoit dans la brume le château de Montségur.La pluie a laissé la place à la neige.On aborde alors une grosse et longue descente très glissante ou les chutes sont fréquentes.
8h20: 1er ravito à Belesta (18km en 2h20). j'ai 40 min d'avance sur la barrière horaire, tout va bien. je prends une soupe, du chocolat, un verre de coca et repars.On attaque la montée vers le "Gelat" sur des sentiers toujours extras boueux et glissants. A l'altitude 800m il neige et ça tient au sol.
On bascule vers Fougax en faisant du ski sur boue et les bâtons sont très utiles.
11h20: 2ème ravito à Fougax (33km en 5h20). j'ai 40 min d'avance sur la barrière horaire, toujours de bonnes sensations. Une soupe, du fromage, un verre de coca et c'est repartit.

Il faut remonter vers la crête de "Madoual" avant d'affronter la grosse ascension de "Montségur".La pluie est toujours là, la boue aussi. Au
km 38 je retrouve Francis et on décide alors de faire route commune la plus longtemps possible.
12h35: nous sommes au pied du "Pog de Montségur", il fait froid et le vent vient accentuer cette sensation. On est toujours dans les temps.
13h: arrivé en haut au château. 42km (un marathon) en 7h soit une moyenne de 6km/h.


Il neige, le froid est vif. On redescend par le même sentier en croisant ceux qui montent avec un petit mot d'encouragement au passage.
13h45: 3ème ravito à Montférrier (48km en 7h45). encore 45 min de marge sur la limite. les jambes commencent à être lourdes mais tout est normal. Francis lui a un genoux douloureux et espère pouvoir tenir. Soupe, saucisson et coca au menu avant de repartir vers le château de "Roquefixade".Les sentiers sont de plus en plus boueux et ressemblent à de vrais ruisseaux.les pieds sont trempés et lourds.Passé le pont de "Silence" on attaque la rude montée pour le chateau de "Roquefixade". Cette montée sera pour moi la plus dure. La fatigue se fait de plus en plus sentir. Je commence à étre lassé de cette boue omniprésente qui rend les sentiers impraticables.
16h: enfin "Roquefixade" en vue (56km en 10h)! ici le vent est fort, il neige et il fait trés froid.
j'ai le corps et les mains gelés. L'envie d'abandon me vient alors à l'esprit, c'est le coup de mou qui est là. Vite je chasse cette idée de ma tête et m'accroche pour laisser passer ce mauvais moment. A l'attaque de la descente vers "Roquefort" on retrouve un peu d'abrit et moi le moral.
C'est à cet endroit que Francis ressent de plus en plus sa douleur au genoux et il doit négocier la descente prudemment. On décide alors de finir chacun pour soi à son rytme. Je m'élance dans la descente inquiet pour lui. Je retrouve peu à peu de meilleures sensations, ce qui me permet de doubler pas mal de coureurs sur cette partie pentue et toujours trés glissante.
16h40: 4ème ravito à Roquefort" (63km en 10h40). Avec 20 min de marge sur la limite horraire tout est jouable pour les 10 derniers km. Une dernière soupe, un coca et je redemarre. Maintenant c'est le mental qui va tout faire, il me faut tenir à 5km/h jusqu'au bout. J'ai trés mal aux jambes, les chemins sont de vrais rivières boueuses.
17h45: Raissac (68km), dernière barierre horraire fixée à 18h. Je passe avec 15 min de marge, c'est juste mais c'est OK. Il faut gravir le dernier mur (reconnu cet hivers) et finir par la crête jusqu'a l'arrivée (5km). L'ascenssion est terrible, j'avance à peine à 1 ou 2 km/h. Enfin le sommet, je prends un dernier gel pour finir. J'arrive encore à courir (enfin à trotiner) ce qui me permet de doubler 4 ou 5 coureurs de plus.
18h40: je suis à la croix qui indique qu'il reste 500m à faire, et quels 500m ! Une descente trés trés raide où il est pratiquement impossible de tenir debout. j'ai les cuisses en feu, je glisse, dérappe. En bas les spectateurs profitent du spectacle des coureurs à bout de force qui se vautrent dans la boue sur cette dernière partie.
18h45: Je suis en bas. 5 marches à monter, un virage à gauche, 20m et j'en termnine les bras levés en 12h45.
Avec juste 1/4 d'heure de marge sur les délais je fais parti des Finisseurs de ce 10ème trail des CITADELLES (73km / 3600m D+).

Sur les 350 inscrits, il y aura seulement 175 traileurs classés arrivés dans les délais de 13h. 32 arrivés hors délais. Et le reste ayant abandonné ou ayant été arrtêté en cours de route étant hors délais.
Cette épreuve est trés difficile et exigeante, avec des délais assez sérés. Le tout fut rendu encore plus dur à cause d'une météo trés mauvaise.
Je tire mon chapeau à tout ceux qui ont osé prendre le départ qu'ils soient arrivés ou pas au bout. Un grand bravo à l'organisation et aux bénévoles qui ont toujours été souriants et d'un bon soutien malgrés la pluie et le froid.
Je suis satisfait d'avoir terminé mon premier ultra, ce fut une formidable aventure.
.

8 commentaires:

JOE ONE a dit…

félicitations à toi quel beau cr....et toutes ces photos reflètentà merveille le parcours

Dis moi ton appareil était étanche apparemment ;)

A bientôt

Joe One

Yvan a dit…

Un grand bravo pour l'avoir fait et pour être aller au bout dans les délais !!
Ce tee shirt finisher a une saveur particuliere !!
A bientot sur les sentiers.
Yvan

Francis a dit…

Encore un grand bravo à toi pour ta gestion de course et ce finish. Ravi également d'avoir partagé 30 kms de cet enfer en ta compagnie.
Francis

grumlie a dit…

Encore une fois toutes mes félicitations. Bravo d'etre allé au bout du bout de la boue.
Je suis étonné de n'étre que 10 minutes derrière toi à Fougax...Un peu moins des 1h45 au pied de Montségur...
Bonne récup et à bientôt pour des nouvelles aventures

Cawito a dit…

Bravo pour cette belle gestion de course.
Et merci pour ces photos qui démontrent bien que les Citadelles étaient sous la boue, la neige.

Bonne récup.

fred11 a dit…

Je suis content d'avoir réussi la photo à Montségur !
Bravo pour avoir fini, je termine aussi à 12h50. Je vais maintenant pouvoir montrer tes photos à toute la famille. Encore bravo et à un de ces jours sur les sentiers.

Anonyme a dit…

Je t avais présenté comme un champion à la journaliste le matin de la course, je ne m étais pas trompé.
Bravo d être allé jusqu au bout et d avoir réussi ton premier ultra dans cet enfer.
A bientot,
Michel

Yvan a dit…

Vivement l'épisode 2 ! ;-)

A venir: le tour des cirques