lundi 29 août 2011

*Grand Raid des Pyrénées 2011 : Boum !!

Les affaires sont là, tout est prêt pour aller parcourir les sentiers du GRP Le programme : 80km avec 5000m de D+ de sentiers de haute montagne dans les Pyrénées.
Vendredi arrivé à Vielle Aure (65) avec Zèze et Fred
Installation du campement pour le week-endpassage au retrait des dossards où Romain est là en tant que bénévoleapéro offert par le sympathique patron du camping
"pasta-party", promenade digestive où l'on rencontre Michel venu en photographe officiel et d'autres amis et connaissances. Breafing d'avant coursepréparation du sac de course22h30 tout le monde au lit.
Samedi 3h30 réveil, petit déj nocturne
et direction l'aire de départ
nous sommes prêts pour en découdre

la température est assez froide mais pas de précipitations de prévues. 5h02 c'est le départ2km dans le village et c'est parti pour la première ascension : le "col de Portet" à 2200m soit 1400m D+ pour commencer. J'adopte un train régulier sans trop forcer
le sol est humide par endroitsavec Fred et Zèze on monte bien calés au milieu de la file de frontales

au levé du jourle col de Portet est en vuepassage au colet direction le refuge des "Merlans" et le premier ravitoPointage à 7h48 au km13 en 534ème position. Une soupe + jambon et pain au menu pour moi
on repart pour le col du "Bastanet" 500m D+ plus haut par une piste de ski bien raidepuis par un sentier en balcon surplombant le lac de "l'Oule"il fait toujours bien frais mais le paysage lui est bien chaleureux avec ses pierriers et lacson s'approche petit à petit du col
la partie finale est raide mais passe facilement en ce début de coursephoto rapide au col

et place à la longue descente vers "Artigues" 1000m plus bastrès belle partie technique au début avec pierriers et succession de lacs


la fin de la descente est plus verdoyante et roulanteLe trio garde une bonne allure et au détour d'un virage Francis est là. Venu nous encouragé c'est à lui que l'on doit ses belles photos du trio gambadant joyeusement



Francis fait la fin de cette partie avec nous jusqu'au ravito d'Artigues au km29
où on pointe à 11h33 à la 528ème place
une soupe + jambon/pain + fromage + chocolat et plein d'eau pour tout le monde
un bon 1/4 d'heure de grignotage et on repart tous les 3 à l'assaut du "pic du Midi" à plus de 2800m d'altitudece sont 1600m D+ en 10km qui nous attendent. Dés le début de cette partie Zèze bien en jambe prend les devantsPetit à petit il s'éloigne et nous ne le reverrons qu'à l'arrivée (il terminera en 17h30 environ, chapeau)
je continu la grimpette avec Fred sur un bon tempo, dans la brume
tout en doublant régulièrement du monde jusqu'au col de "Sencours" à 2400m, lieu d'un ravito méritéFrancis est là, il propose de nous attendre ici le temps que nous fassions l'aller retour au pointage en haut du pic. Il fera une partie de la descente vers "Tournaboup" avec nous. 400m D+ sont au programme jusqu'au sommet dans les nuages
la pente est rude, et enfin l'observatoire apparait
la fin est pénible et difficile avec l'effet de l'altitude et des km déja parcourrus
en haut pointage à 15h02 soit 10h de course. Classement : 470ème, nous avons remonté 58 places sur ce tronçon, cool
place à la descente maintenant
2ème passage au col du "Sencours" pour un autre ravito soupe/jambon/pain

Francis repart avec nous pour la suite

Cette partie est assez roulantejusqu'à "Tournaboup" et c'est dans la bonne humeurqu'on gambade sur les sentiers tout en rigolant jusqu'à "Super-barèges" où Francis nous laisse continuer seul. Merci francis pour ces bons moments de rigolade et pour les photosLe ravito du 50ème km approche"Tournaboup" avec un pointage à 17h à la 469ème place. Un bon plat de pattes chaudes avant de continuer vers le vallon "d'Aygues cluses" C'est à partir de là que les bétises commencent. Je suis moins lucide et au bout d'1km je me rend compte que j'ai oublié mon appareil photo en bas au ravitodemi-tour et c'est 2km supplémentaires aller retour pour le récupèrer. Je me sens bien rassasié par ce que j'ai mangé plus bas et me dit que je peux faire la montée jusqu'au col de "Barèges" sans manger, 2ème bétise ! Petit à petit l'allure ralentie et ma progression devient difficileAu point d'eau de la cabane "d'Aygues cluses" à 19h30 la fatigue m'envahit. Romain qui est là en bénévole propose de faire le final avec nous (merci à toi Romain)je sais que je dois manger mais rien ne me dit. J'arrive à manger péniblement un tuc et on attaque la montée du col de "Barèges"C'est dur mais ça passe assez bien encore Pointage au col au km 56 à 20h20 à la 486ème placeIl nous faut maintenant ralier le refuge des "Merlans" par une longue descente piègeuse dans le brouillardet la nuit qui arrive
je n'arrive qu'à boire de l'eau, il me faut manger mais rien ne passe. Je me dit que ça ira mieux au ravito, je serre les dents et suis tant bien que mal mes 2 compagnons de route Fred et Romain
La nuit est làje suis obligé de faire des petites pauses de plus en plus fréquement, quelques étourdissements se font sentir par moments Fred et Romain m'encourragent et me soutiennent, pas question de lacher de toute façon. je m'accroche en espèrant toujours que ça va passerOn avance lentement et c'est 22h50 qu'on pointe aux "Merlans" à la 484 ème place. A l'intérieur je me précipite vers le coca que je bois assis. Trés vite j'ai la tête qui tourne, je commence à greloter. Je ne me sent pas bien et éprouve le besoin de m'allonger au sol. je fais un début de malaise, je vois trouble et j'ai la tête qui tourne....Alerté un pompier me prend en charge. Allongé sur un lit de camp il fait plusieurs examens de première urgence et au vu des résultats me conseille de stoper ici les dégats. Je lui demande quelques minutes de reflexion et seul je fais un rapide bilan. Ai ja force de continuer ?
Es ce raisonnable pour ma santé d'essayer de finir dans le froid et la nuit les 13km qui reste avec 1000m d- ?
Dois je prendre le risque de faire un malaise quelques km plus loin en pleine montagne ?
Vais je regretter d'abandonner ?
Je décide d'arrêter tout de même. Je n'épprouve plus de plaisir, je n'ai que de la douleur à continuer, sans parler des risques pour ma santé. Je préviens fred et Romain de ma décision et leur dit de continuer sans moi (Ferd finira son GRP, bravo !). A ce moment là, à chaud je ressent une grande tristesse de lacher prise et presque du regret.
Mais avec du recul je pense avoir pris la bonne décision de la sagesse.
Cette expérience de trés mauvaise gestion de l'alimentation en course ma servira de leçon pour la suite. A moi de ne pas renouveller ces erreurs.
Merci à Fred, Zéze, Francis et Romain pour leur patience et soutien tout au long de la course.
Rendez-en 2012 sur ces mêmes sentiers pour faire le parcours en entier cette fois.

9 commentaires:

Zézé a dit…

Quel dommage que tu n'es pas pu finir, avec la prépa sérieuse que tu t'étais imposé. Cependant cela reste la bonne décision, j'en suis sûr. Je repense à la montée vers le pic et me dit que j'aurais dû la jouer collectif et finir ensemble...Mais bon. Encore merci pour ce WE ou j'ai pu me rendre compte que le GRP, c'est pas un trail de facteur...;-). A bientôt pour un nouveau challenge.

lule a dit…

Toujours énervant de devoir prendre une décision comme ça, surtout si près du but, quand l'objectif premier est principalement d'être finisher.
Mais il faut savoir rester sage comme tu l'as été, ça reste de la montagne tu l'as dis !
Une leçon d'apprise, + de 10h de trail magnifique, qlque photos et un bon récits! Le reste n'est pas le plus important. :)

lule

Romain a dit…

Décision difficile à prendre mais la santé avant tout pour pouvoir toujours profiter de ce que nous apporte cette activité. Reste plus à y retourner en 2012 pour le finir de belle façon. Bonne récup' et à bientôt sur les sentiers.
Ps: la prochaine fois j'amène des Magnums aux ravito...

Sentier Libre a dit…

Pas de regret, tu étais trop mal pour pouvoir continuer, surtout dans la nuit et le froid.
Il en restera un grand et joli parcours, parcouru avec les potes et quelques demis sur la place du village.
A bientôt pour d'autres aventures.

Benoit a dit…

Le bon côté, c'est que le genou tient la distance... Ca laisse entrevoir d'autres aventures...p

tooom a dit…

Il vaut mieux abandonner et pouvoir faire d'autres courses ensuite que de continuer et de risquer plus dangereux. Revanche a prendre pour l'an prochain tu seras d'autant plus motive!!!!
Bonne recup

Francis a dit…

Comme je te l'ai déjà écrit Malgré ton arrêt à Merlans, tu as quand même réalisé un beau GRP et surtout pu profiter des parties les plus intéressantes.
C'est vraii qu'après coup ça fait râler de s’arrêter si près du but (citadelles pour moi à 10 kms de la fin, tu t'en souviens) mais quand le corps ne veut plus....D'autres défis nous attendent, alors préservons nous un peu car l'ultra, c'est quand même un peu contre-nature!
Et moi j'ai passé un bon moment à vous accompagner (que c'était facile pour moi ;) )

Run'30 a dit…

Ola
Ce n'est que partie remise et je pense que tu as pris la bonne décision.
Bravo pour ton courage
A la prochaine
Christophe

yvan a dit…

Tout d'abord bravo pour ta course et le chemin parcouru ( rappelles toi tes doutes d'il y a quelques mois ).
Concernant ton abandon, difficile de se prononcer quand on a pas tous les éléments et toi seul était juge.Aurais tu pu manger et dormir une paire d'heures et voir ensuite ( avec un avis médical )si tu pouvais repartir ? Le corps réagit parfois d'une extreme à l'autre en ultra,et en deux heures tout peut revenir..Mais apparemment tu étais quand même aller "au dela du dela" comme dirait Francis et il était surement plus sage de stopper.Un tee shirt finisher ne vaut pas de risquer sa peau sur une course !
L'expérience te servira pour la suite et tu es, je pense, rassuré sur tes capacités physiques.

A venir: le tour des cirques